Détail Entité

L'Orchestre est à Saverne
Concert décentralisé

L'Orchestre est à Saverne

Programme

Wolfgang Amadeus Mozart
Ouverture de La Flûte enchantée
(arr. Hammond)

Ludwig van Beethoven
3 Equales pour 4 trombones

Anton Bruckner
Antiphon
(arr. Doms)

Gioachino Rossini
Ouverture de Guillaume Tell
(arr. Horch)

Steven Verhelst
Trombone quartet n°1

George Gershwin
A portrait
(arr. Armitage)

Distribution Nicolas MOUTIER, Laurent LARCELET, Renaud BERNAD, Brian DAMIDE trombones
Lieu
Église Notre Dame de la Nativité - Saverne

Épique, noble, grandiose, capable de poésie recueillie comme d’accents orgiaques, sachant murmurer autant que hurler. Le grand orchestrateur Berlioz ne tarit pas d’éloges sur le trombone, qu’il regrettait de voir cantonné, à son époque, au rôle subalterne de doublure. Deux siècles plus tard l’instrument a acquis une place d’honneur dans les concerts. Quel challenge de jouer un arrangement de l’ouverture de La Flûte enchantée de Mozart, ou celle de Guillaume Tell de Rossini. Les trombones se font légers, leur jeu époustouflant d’adresse. Volte-face totale avec une pièce plaintive, méditative parfois passionnée, l’Antiphon de Bruckner, d’après une pièce pour chœur composée pour célébrer le jubilé d’argent de son fidèle ami l’évêque de Linz. Autre facette, autre style, le trombone sied aussi aux accents jazzy et swinguants de Gershwin dans un medley de pièces compilées par Paul Armitage. Du côté du répertoire original, deux pièces opposées. Trois « véritables méditations douloureuses, lentes, traversées de saisissantes dissonances comme autant de blessures au cœur » de Beethoven sont destinées à l’Office des Morts, avant-goût funèbre puisqu’elles seront jouées à ses funérailles. Deux siècles plus tard, le Belge Steven Verhelst finit de dévoiler les immenses capacités de l’instrument dans une ambiance celtique, héroïque et techniquement spectaculaire.

Gratuit sur réservation, dans la limite des places disponibles
Modalités d'inscription à venir