Détail Entité

Rhapsodie sur la vie
Concert symphonique

Rhapsodie sur la vie

Programme

SERGUEÏ RACHMANINOV
L’Île des morts
Rhapsodie sur un thème de Paganini

JEAN SIBELIUS
La mort de Mélisande, extrait de la suite Pelléas et Mélisande
Symphonie n°7 en do majeur

Distribution Dalia STASEVSKA direction, Nikolaï LUGANSKY piano
Lieu
Palais de la Musique et des Congrès

On retrouve deux facettes chez Rachmaninov : le compositeur hanté par la mort, fasciné par le tableau de Böcklin L’Île des morts au point d’en écrire une traduction musicale sous la forme d’un poème symphonique ; et le pianiste virtuose qui conçoit sa Rhapsodie sur un thème de Paganini comme une suite de variations virtuoses sur le 24e Caprice du compositeur italien. Sibelius exprime différemment ses contradictions : sa Mort de Mélisande est une page poignante écrite pour accompagner la célèbre pièce de Maeterlinck, mais sa Septième Symphonie reste une énigme. En un seul mouvement aussi dense qu’un glacier, cette ultime symphonie traverse des orages mais s’achève dans une ambiance de deuil, comme un adieu.

 

Conférence d'avant-concert
Jeudi 12 et vendredi 13 janvier 19h - Salle Marie Jaëll, entrée Érasme
Accès libre et gratuit, dans la limite des places disponibles

TESTAMENT OU NOUVEAUX HORIZONS ?
JEAN-JACQUES GROLEAU

Avec cette Symphonie n°7, Sibelius achève prématurément son parcours – il ne publiera ensuite plus qu’une seule oeuvre, le poème symphonique Tapiola. Il s’agit donc, de fait, d’une oeuvre testamentaire. Mais avec sa forme nouvelle, ce flot continu coulé en un seul mouvement, cette page prodigieuse semble ouvrir au champ de la création musicale des horizons nouveaux. Une oeuvre singulière du premier XXe siècle.

Cela peut vous intéresser