Détail Entité

Un requiem allemand
Concert symphonique

Un requiem allemand

Distribution Aziz SHOKHAKIMOV direction, Pretty YENDE soprano, Ludovic TÉZIER baryton, Chœur de l’Orchestre de Paris, Marc KOROVITCH et Ingrid ROOSE chefs de chœur
Lieu
Palais de la Musique et des Congrès

Durée : environ 1h30

Contrairement à Mozart, Berlioz, Verdi ou Fauré, qui écrivirent des requiem latins, Brahms choisit de composer un Requiem allemand, c’est-à-dire non pas une messe des morts mais une méditation sur le devenir de l’Homme dans l’au-delà. Il choisit lui-même une série de textes dans la traduction allemande de la Bible, et imagina une vaste partition pleine de foi d’où les accents de terreur sont bannis.

Ébauchée en 1856, au moment de la mort de Schumann, l’oeuvre fut créée en 1869 ; Brahms y laissa infuser le temps, preuve de la confiance qu’il mettait dans sa propre inspiration et dans la clémence de Dieu qui baigne la partition tout entière.

Le timbre lumineux de Pretty Yende et la noblesse de Ludovic Tézier sont ici les voix de l’apaisement.

 

En coproduction avec Le Festival de Saint-Denis
En collaboration avec Les Grandes Voix

 

Conférence d'avant-concert

Mardi 4 juin 19h - Salle Marie Jaëll, entrée Érasme
Accès libre et gratuit, dans la limite des places disponibles

Requiem, oratorio ou musique funèbre ? par Mathieu Schneider