Asset-Herausgeber

Halloween en musique !

Jeune public

La playlist classique spéciale Halloween !

Veröffentlicht am
Image article
© Chattrawutt / Getty Images

De nombreux compositeurs ont été inspirés par le monde des esprits et de l'étrange...

En ce jour d'Halloween, et veille de Toussaint, nous vous proposons une sélection d'œuvres classiques qui vous permettront de frissonner en bonne compagnie ! 

Camille Saint-Saëns, Danse macabre

Impossible de débuter cette playlist sans mentionner la Danse macabre de Saint-Saëns !
Quand sonnent les douze coups de minuit, la Mort paraît et accorde son violon pour mener la ronde nocture dans une danse endiablée qui ne s'interrompera qu'au petit matin avec le chant du coq... Une œuvre idéale pour cette soirée !

Edvard Grieg, Dans l'antre du roi de la montagne

On suit les trace de Peer Gynt dans la salle du trône de l'inquiétant Dovregubben, le roi de la montagne, peuplée de trolls, gnomes et autres gobelins.
Un morceau inquiétant, parfaitement exploité par le cinéma dès 1931 dans M le Maudit, premier film parlant de Fritz Lang.

Et si la version originale ne suffit pas à vous donner des frissons, nul doute que celle proposée par le groupe de métal finlandais Apocalyptica y arrivera ! 

Symphonie fantastique, op. 14 : Songe d'une nuit de sabbat, Hector Berlioz

Encore un compositeur français !
Dans le final de ce chef-d'œuvre de Berlioz, l'artiste "se voit au sabbat, au milieu d’une troupe affreuse d’ombres, de sorciers, de monstres de toute espèce, réunis pour ses funérailles", entouré de "bruits étranges gémissements, éclats de rire, cris lointains auxquels d’autres cris semblent répondre.” Commence ensuite “un air de danse ignoble, trivial et grotesque" : la femme aimée arrive au sabbat et se mêle à l’orgie diabolique, sur laquelle se greffe le glas funèbre du Dies iræ.

Et pour parfaire le tout, on vous propose une version de 1976 dirigée par le grand compositeur américain Leonard Bernstein.

Dracula, Pierre Henry

Pour Halloween, difficile d'échapper au plus célèbre des vampires, Dracula, l'horrible héros du roman de Bram Stoker !
En 2007, Pierre Henry rend à ce protagoniste un hommage musical à la hauteur de la sombre légende du comte Dracula ; une fresque musicale en 8 tableaux, conçue comme un “film sans images”, et qui mêle extraits de la Tétralogie de Wagner et musique électronique.
Si vous ajoutez à ça rires sataniques, galops de chevaux, bruits de talons précipités, cris d’oiseaux, portes qui claquent, voix distordues, orages, bruitages étranges… Angoisse et frissons garantis !

"La Jeune fille et la Mort", Franz Schubert

Thème récurrent dans l'histoire de l'art occidental, la confrontation de la jeune fille et de la Mort trouve ici sa transcription musicale grâce à Schubert et son Quatuor n°14 en ré mineur "La Jeune fille et la Mort" (qui sera jouée par l'Orchestre le 3 décembre). 
Composition éminemment dramatique, cette œuvre s'achève par une danse de mort, un presto sous forme de tarentelle, symbole du triomphe final de la Mort...